Les 30 ans du Médoc

Et si le Marathon du Médoc m’était conté ! Après la coupe du monde de football au Brésil, le tour de France de cyclisme, les championnats d’Europe d’athlétisme à Zurich, l’événement incontournable en cette fin de saison fût le Marathon du Médoc.

Je vais au travers de cet article vous faire vivre les 30 ans du Marathon du Médoc qui a eu lieu le weekend du 13 septembre. Rares sont ceux qui ne connaissent pas le marathon du Médoc et son slogan connu de tous les aficionados «le Médoc, le plus long marathon du monde ! ». Devenu une « institution » en France et à l’étranger, ce marathon hors du commun qui traverse les vignes et les châteaux du bordelais a donc fêté ses 30 ans cette année avec comme thème : « les pays du monde et leurs carnavals »!.  Au programme donc de cette épreuve mythique : de très nombreuses surprises, une ambiance de tous les diables rompue à toute épreuve, des déguisements de fous et bien sûr du vin. Enfin pour couronner le tout, des chars de toutes les tailles et toutes les couleurs pour combler de bonheur les petits et grands runners. Après une première édition en 1985 et 400 participants, trente ans plus tard, le marathon du Médoc est devenu le deuxième marathon de France, juste derrière Paris, avec 10 000 participants et des dossard qui s’arrachent en quelques heures !

Pour nous, l’idée de marquer l’histoire de cette épreuve reposait sur un défi simple basé sur la cohésion et le physique : regrouper un grand nombre de sapeurs-pompiers afin de pousser un char à l’image de la corporation, venir en soutien d’une association caritative ou humanitaire et  enfin constituer une équipe de coureurs rapide appelée « élite » afin de concourir pour le challenge entreprise et monter « sur la boite ».

Tout commence donc en fin d’année 2013, lors d’une réunion informelle à la caserne Massena à l’occasion des 20 km de PARIS. Laurent PHAM, Tony BAUDRY, Denis RENELEAU, Gaetan BLAISE de la BSPP et moi-même lançons les grandes lignes du projet. L’idée du char est quasiment immédiate et on choisi très rapidement le fameux PS HOTCHKISS de l’amicale des Sapeurs-Pompiers de Bordeaux, exposé en vitrine au CS de Bruges. Il est vrai que ce dernier a connu ses lettres de noblesse en 1994 pour les 10 ans du même Marathon. Il va de soit qu’un tel projet nécessite un petit groupe de motivés, du temps mais surtout du financement et cela passe obligatoirement par la recherche de partenaires. Un cahier des charges est  donc défini  où chacun d’entre nous est responsable de différentes parties : Laurent  et Tony  pour la partie Girondine, Gaetan pour la partie parisienne et Denis pour la partie mécanique du PS Hotchkiss via son réseau au GTL du SDIS 33. Durant les mois qui ont précédé le fameux jour « J », un travail  titanesque  est effectué : démarche de partenariat, budget prévisionnel, recherche de logements et de restauration, relations avec l’organisateur et bien entendu révision complète du char. Le SDIS33, l’union Départementale des Sapeurs-Pompiers de la Gironde (UDSPG), l’union Régional, les amicales des SP de Bordeaux et de Pauillac, l’Association Sportive et Artistique des Sapeurs-Pompiers de Paris (ASASPP) mènent à fond le projet et fédèrent le maximum de bonnes volontés pour mener à bien cette aventure.

Je vous fais grâce de tous les soucis, engagements et démarches multiples sans succès ou encore annulation et tracas de dernières minutes qu’on connu les gentils organisateurs du projet !

Fin novembre 2013 l’ouverture des inscriptions est donc lancée et c’est 90 « athlètes » qui rapidement se manifestent pour participer au « MEDOC » dont certains SP de départements voisins.   Une validation de l’Association pour le Marathon des Châteaux du Médoc, l’organisateur de l’épreuve,  permet de réserver une centaine de dossards et une participation au challenge entreprise : le top départ est lancé officiellement, les 90 marathoniens pourront programmer leur entraînement pour la circonstance.

Chaque année, le marathon le plus long du monde s’engage auprès d’une ou deux associations  caritatives et pour 2014, il ‘agit des associations Laurette Fugain et Parent’r’aide cancer. Gaetan et  le Lieutenant DESTRIBATS, de la BSPP, nous proposent  de partager l’aventure avec l’association « La Roue Tourne 40 » et plus particulièrement Magalie et Elodie, 2 jeunes sœurs myopathes originaires de Saubrigues dans les landes. Partager une telle aventure humaine sur une épreuve comme le marathon leur tient à coeur et leur permet également de présenter un tout nouveau fauteuil,  prototype constitué d’une structure métallique, d’un guidon de maintien à l’avant, de 2 grosses roues et d’un guidon réglable en hauteur à l’arrière, le tout poussé par 3 ou 4 coureurs. Attention, ces 2 jeunes filles pleines de vie et de caractère n’hésitent pas à nous rappeler qu’il s’agit de « Myolib », nouveau nom pour un nouveau concept, et certainement pas de joëlette ! A bon entendeur…

Le « char » a subit un « relookage »  et un petit allègement qui n’est pas pour déplaire aux participants. Rien n’est laissé au hasard car qui dit  châteaux, dit cailloux, vignobles et corollaire : dévers, faux plats, bosses et tous ces aléas vont peser sur le châssis au fil de la course. A j-2, le PS HOTCHKISS rejoint le centre de Pauillac où une place de choix lui est réservée dans les dépôt.

J-1 : après la récupération des dossards et le contrôle des identités, le camp de base situé au milieu de la forêt, sur la commune de Saint Sauveur et à 10 kilomètres du départ, est investi. Il s’agit du domaine «Belair» géré par Mme Joan Frérot. Les militaires de la brigade et les SP girondins se retrouvent donc sur ce site idéal et parfait pour un week-end inoubliable d’effort et d’échange. Après les présentations d’usage, les remerciements et échanges de souvenirs, un repas « sportif » composé de pâtes et accompagné des quelques crus du terroir vient clore la journée.

Enfin le jour J : Réveil 6h00 , départ du site à 7H00 où notre premier point de rendez-vous est le CS Pauillac avec un accueil parfait du Chef de Centre, le Capitaine D.PEZET, et l’ensemble du personnel.

Tous les marathoniens se voient remettre le tee-shirt approprié au thème du carnaval, un nez de clown, une poche souvenir de l’organisateur et enfin le sésame indispensable pour courir :  le dossard !

Puis un briefing vient préciser l’organisation de la course et la constitution des différentes équipes à savoir un groupe constitué des « élites », un autre pour le char et les deux derniers destinés à Elodie et Magalie.

Aussi 6 féminines : Marie Noëlle, Hassiba, Juliette, Angélique, Caroline, Aurélie chouchou et chouchou entre autres sont présentes et se retrouvent réparties dans les équipes. Face à leur détermination  et leur engouement,  je comprends qu’elles ne sont pas là pour faire de la figuration et tiennent à avoir une part active pour le char et les « Myolibs ».

Enfin, chaque équipe est constituée d’un responsable et d’un accompagnateur en vélo :

Pierrot Larronde sera celui du char, Adrien pour les « Myolibs » suivi par Denis en Vélo et pour l’équipe des rapides, ce sera Tony accompagné d’un enfant du pays  Ludovic Plantier.

8H15 Nous quittons le CS pour rejoindre la ligne de départ.

8H30 Une foule dense et festive est déjà rassemblée ! Nous trouvons notre place sur la ligne de départ et à partir de cet instant on s’aperçoit que le Médoc est bien un marathon à part. Il n’y a qu’à humer l’atmosphère qui règne sur la longue avenue de Pauillac,  faisant office de ligne de départ, pour s’en convaincre. Ça chante, ça danse, ça parle anglais, espagnol, japonais, brésilien…plus de 50 nationalités différentes. Les sourires sont de circonstance mais les masques de concentration, comme à l’accoutumée sur ce genre d’épreuves, sont également au rendez-vous. La foule est bigarrée, colorée et grimée en une pléiade de déguisements, certains sacrément extravagants ! Mais tout est en phase avec le thème « les pays du Monde et leurs carnavals ». Un groupe de musique et de danseuses brésiliennes mettent l’ambiance avant le départ. On se croirait davantage à un festival carioca que sur le départ d’une course mais c’est  normal, la coupe du monde est encore dans toute les têtes….des caméras de la chaîne CNN sont présentes, les athlètes ont les jambes qui frémissent,  l’ambiance est  exceptionnelle je vous dis !

Sébastien BERE et moi-même ne pouvons pas participer à cet événement pour des raisons « mécaniques », nous allons alors les accompagner et vibrer avec eux mais sachez que concernant Seb et une pur coïncidence, son « homonyme » est présent dans l’équipe élite !

Nous nous dirigeons sur le parcours.

9h20 : Départ des handisports

9H30 : Départ de la course des 10500 concurrents, sous un feu d’artifice gigantesque identique à celui du carnaval de Venise. Nous sommes au 1er kilomètre après le passage des grosses cylindrées et de notre équipe élite on voit  que tout le monde est déguisé mais vraiment tout le monde ! Cela fait partie du jeu, de la légende même et certains costumes sont préparés, fignolés depuis des semaines, des mois, voire une année auparavant. On a toujours ce même sentiment d’assister à un défilé de carnaval. Mais pas un petit carnaval de campagne. Non ! On a tout simplement pris un ticket pour Rio en plein février. C’est gigantesque.

Enfin au bout de 10’ on assiste au passage du char, au son du 2 tons, et des « Myolibs ».

Pour Seb et moi, passage à travers les vignes… Nous nous dirigeons vers le Château Pontet Canet, Kilomètre 18 ! Chiffre clé pour notre profession,  Jérôme BROCARD SPV de Pauillac et grand réalisateur  du projet nous rejoint. Nous voyons passer les 3 premiers de la course, puis Ludo nous fait un point et nous signale le passage de nos coureurs élites, ils sont en 7ème  position pour Thomas BENICHOU, 8ème pour Sébastien BERE, 16ème pour Benoit GANDELOT, 17ème pour Matthieu BOURGUIGNON, 18ème pour Guillaume VIMENEY, 35ème pour TONY et 105ème pour Stéphane AYMARD. En fin  connaisseur,  je réalise que quelque chose de grand va se produire et que l’on sera parmi les 3 premières équipes ! J’en fais part à SEB et Jérôme. Nous patientons et sommes en liaison téléphonique avec Denis qui nous tient au courant, la chaleur fait rage avec déjà 27°/28° degrés ! L’ensemble du groupe parcours les 10 premiers kilomètres  en 1h45, puis commence à prendre un rythme de croisière soit 30’ tous les 5kilometres (10km/h), pour soutenir ce rythme les relais sont effectués à chaque kilomètre 6 pour le char voir 12 dans les montées et 4 pour les « Myolibs ».Voici le groupe au kilomètre 18 ! Le public très nombreux offre une «ola » digne de ce nom ; je croise les regards  de Pierrot, puis de Sébastien  BOUDON, Thibault NOË, que j’appelle dans ma culture Marathonienne  les enfants « du Soldat PHIDIPPIDES », célèbre guerrier de la mythologie Grec, précurseur du Marathon, à qui ils  font honneur. Parallèlement Gaëtan tel « un Hotatator « (qui dans une « galère », était le chef des rameurs, qui dirigeait leurs manoeuvres, et réglait leurs mouvements à l’aide du chant nautique appelé keleusm) donnait de la voix  avec des chants « Brigadiens » où malheureusement je ne peux révéler les paroles. Il fût ainsi tout le long du parcours ! Frédéric TRINQUANT grand compétiteur  et baroudeur dans l’âme à le sourire, ainsi que Silvain RETION puis je retrouve les anciens : Dominique BECHEMIL, Patrick VITTOZ, Luce RABILLE, Jean-François DUPOUY, William Patrick BRUNAUD que j’appelle affectueusement le « Groupe Alain MIMOUN » ! Sachez que pour les 3 derniers noms,  ils avaient déjà fêter les 10 ans avec le même engin ! Laurent, et les girls sont dans le coup.

Seb et moi les quittons pour les attendre à l’arrivée , car la route est encore longue et ils vont en profiter pour s’arrêter déguster les grands crus ou allègrement manger huîtres, entrecôtes,  cannelés sans oublier les glaces et tout le reste ; on fait ça bien sur le Médoc.

Nous nous positionnons, au célèbre tapis rouge sur les 195 derniers mètres du parcours, le public gronde les 3 premiers passent la ligne, se sont des habitués ! Déjà 4 victoires pour le vainqueur de cette édition en 2h28’41’’, Ludo nous avertit de l’arrivée des élites, 4ème pour Thomas en 2h38’, 6ème Sébastien en 2h40’, 17ème Benoît en 2h50, Matthieu 38ème en 3h03, Guillaume 3h05, Tony 47ème en 3h07, Stéphane 167ème en 3h32. A partir de ce moment-là, je suis sûr que nous sommes 1ER ou 2ème par équipe cela se joue à quelques secondes ! 3 heures passent, le char et les « Myolibs » apparaissent sur le tapis Rouge, sous un tonnerre d’applaudissement le speaker s’égosille, le groupe franchit la ligne en 5h27. Notre HOTCHISS est le 1ER dans sa catégorie, ENORME ! Mais le plus prenant reste encore ce flot d’émotions. On a beau s’y attendre, cela fait toujours le même effet. On est pris au ventre, en tant que président de la section course à pied c’est la première fois que j’ai de telles frissons. Comment rester insensible face aux embrassades fraternelles, devant des visages qui laissent exploser une joie incommensurable. Certains sont allés au bout de leur souffrance, ils s’écroulent, vomissent, sont perclus de crampes, d’autres fondent en larmes. Et puis il y a les cris, les joies et les extases, chacun avec sa propre histoire. Il y aurait de quoi écrire un livre sur l’arrivée de cette édition.  Adrien, je te tire mon chapeau pour ton projet, pour ce que tu as fait, pour Elodie et Magalie. Notre célèbre Corse  d’adoption, Jean-Marc LEGLAIVE, en profite pour faire une photo souvenir de ses enfants dans le char.  Il y a aussi des embrassades amoureuses, les couples étaient en parfaite osmoses sur cet effort ! Un petit clin d’œil à Gaetan et Marie Noëlle, Juliette et Frédéric.

Place aux résultats :  nous finissons 2ème par équipes du challenge Entreprise battu de 59 secondes !

Notre char est bien arrivé premier pour nous, mais 4ème au classement des chars jugés sur l’esthétisme, le volume et les couleurs. Peu importe, il a honoré notre profession au vu du nombre de photos, de films et d’applaudissement recueillis tout au long du parcours. Pour l’ensemble des participants, je suis convaincu que nous venons de marquer l’histoire du 30ème Marathon du Médoc. Les souvenirs sont ancrés dans nos mémoires et pour chaque nouvelle édition  on pourra dire « Moi j’y étais » et s’approprier l’adage Olympique « Citius, Altius, Fortius » signifiant « plus vite, plus haut, plus fort » ou encore  Veni, vidi, vici « je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu ». Félicitations à l’organisation du Marathon du Médoc mené de mains de maîtres.

Après un massage bienvenu et un ravitaillement copieux, nous regagnons le CS Pauillac pour remiser notre char, puis notre camp de base. Après une douche réparatrice et un repas de fête, chaque participant en profite pour évoquer son ressenti, ses sentiments, ses exploits,  son don de soi et prolonger ce week-end d’échange et d’amitié.

Pour conclure et comme il n’y a pas de réussite sans le travail et le soutien de certaines personnes, je tiens à remercier très sincèrement :

– M. le DDSIS de la Gironde le Colonel Jean-Paul  DECELLIERES,

– Le Cne David BRUNNER président de l’UDSP de Gironde ainsi que les secrétaires pour le travail administratif,

– le Ltn Vincent MEDIAVILLA président de l’Amicale des SP du secteur d’intervention  du Groupement centre et les  secrétaires,

– le président de l’Amicale des SP de Pauillac,

– Le Lcl Stéphane BARTHES responsable du GTL et son équipe composée du Ltn Alain SERRES et de M. Jean Pierre FAYE pour la réfection du char,

– le Capitaine Stéphane CUISINIER pour avoir autorisé la réfection du PS HOTCHKISS, construit par son papa l’ADC CUISINIER,

– le Capitaine David PEZET et son équipe du CS Pauillac.

– Du côté de la Brigade, le Général  Gaëtan PONCELIN de RAUCOURT, le Président de l’ASASPP.

Sachez messieurs qu’à travers votre aide et votre précieux soutien, vous avez marqué à jamais de votre empreinte les 30 ans du Médoc et une très belle aventure humaine.

Pour les Athlètes MERCI à vous TOUS ! Ils ont représenté :

– les Centres de la Gironde suivants : CTA/CODIS, Ornano, Bruges, Benauge, Bassens, Ambés, Cadillac, La Bréde, Pauillac, ST Laurent, Coutras,

– la BSPP et l’ASASPP

– les Départements suivants du SDIS 22, 44, 66,85

Mention spéciale à Nicolas WEBER, Denis RENELEAU, Pierre LARRONDE, Sébastien BOUDON, Thibault NOË, Jérôme BROCARD, Ludovic PLANTIER, Sébastien BERE pour leur dévouement.

Ainsi qu’à notre « Hotchkiss » qui rejoindra son centre d’affectation aprés quelques réparations d’usage, Mais avec des lettres d’or pour son 2ème Marathon Médocain.

Pour finir un grand hommage au Trio Laurent PHAM, Tony BAUDRY et à toi mon Ami Gaëtan BLAISE, et bravo pour cette totale réussite.

Rédacteur : Le Kenyan BLANC

Photos

Vidéo

L’association LaRoueTourne40

medoc

One thought on “Les 30 ans du Médoc

  1. Un grand merci aux sapeurs-pompiers du SDIS 33 pour nous avoir si bien accueilli et fait vivre cette formidable aventure qu’a été le 30ème marathon du Médoc.
    Une belle histoire que l’on n’est pas prêt d’oublier!

    Fred et Juliette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *